Marie-Léontine Tsibinda

30 mai 2007

Ouvrages publiés

Poésie

Poèmes de la terre. Brazzaville: Editions littéraires congolaises, 1980.

Mayombe . Paris: Editions Saint-Germain-des-Prés, 1980.

Une Lèvre naissant d'une autre. Heidelberg: Editions Bantoues, 1984.

Demain, un autre jour. Paris: Silex, 1987.

L'Oiseau sans arme (illustré par Michel Hengo). Jouy-Le-Moutier (France) : Bajag-Meri, 1999.

Nouvelles

«Mayangi», Peuples Noirs Peuples Africains 20 (1981), pp.148-151.
Une femme quitte son mari qui l'a trompée.

«Quand gronde l'orage», (6ème Concours de la Meilleure Nouvelle RFI, 1982).
Un père viole sa fille.

«L'irrésistible Dekha Danse» dans M.M. Kintende. Un Voyage comme tant d'autres. Paris:Hatier, 1984.
Un noceur rencontre une femme irrésistible.

«Le Costume en bois» paru dans une anthologie publiée en Allemagne par les Services Culturels Allemands au Congo, 1988.

«La Princesse d'ébène», Amina 169 (1 septembre 1985), pp.63-64.
Un mari amène sa femme inconsciente à l'hôpital.

«Les Hirondelles de mer» Amina, Février 1996.

«Les Pagnes mouillés», Amina 322 (Février 1997), pp.58-59.
Terrorisée par les émeutes et la guerre civile, une jeune femme se réfugie dans un abri de fortune avec quelques compagnes qui lui racontent l'horreur de la guerre vécue au quotidien.

Anthologie

Moi, Congo ou les rêveurs de la souveraineté. Jouy-Le-Moutier (France) : Bajag-Meri, 2000. (204p.). ISBN: 2-911147-07-3. Anthologie.

Moi-Congo est la réalisation du projet de cette "palabre plurielle" convoquée par Marie-Léontine Tsibinda. Elle met en résonnance une vingtaine de textes de création rassemblant des femmes et des hommes de lettres, des artistes plasticiens, et des intellectuels qui disent leur vision du Congo de demain après l'espoir suscité par la "Conférence Nationale Souveraine" de février-juin 1991 à Brazzaville.
"Le Congo c'est moi" faisait dire Césaire au personnage de Lumumba en 1965. Ces mots introduisent aujourd'hui de l'autre côté du fleuve, un chant polyphonique qui sourd des profondeurs d'une écriture collective. Fruit d'une initiative originale et généreuse, des voix individuelles se fondent vers un devenir commun. "Les rêveurs de la souveraineté" ( ... ) composent une brève anthologie de la littérature congolaise immédiate, coupe synchronique dans un corpus plus fréquemment saisi dans une perspective diachronique en relation avec l'histoire du pays.
(Quatrième de couverture)

TABLE DES MATIÈRES : Arlette CHEMIN : "Avant-propos" ; Marie-Léontine TSIBINDA : "La Souveraine" et "Le Congo comme un Rêve" ; Matondo KUBU TURE: Les Mots de Danse-Ville ; Emmanuel B. DONGALA: Moi, Salle de la Conférence Nationale ; SONY LABOU TANSI: Poème pour une Castrée ; Eugène NGOMA: Le Cycle d'Ondongo ; TCFUCHELLE TCFHVELA: Les Funérailles de Ma Binonga ; Dominique MATANGA: Les Gais Gris ; Sylvain BEMBA: Rapport de Mission à Jean Malonga ; Marie-Léontine TSIBINDA : Mayombe, Ma Tombe ; Christian Sédar NDINGA: Grandir c'est Écrire ses Rêves ; Dominique NGOIE-NGALLA: La Longue Marche ; Mukala KADIMA-NZUJI: Ben Malaki (extrait) ; BILOMBO SAMBA: Waala ou lAnti-Afrique ; Philippe MAKITA: La Pâque Politique de Yani ; Alphonse NDZANGA-KONGA: L'Ile de la Mémoire ; Clarisse PEREIRA-PALFRNHAS : Espérances ; Amélia NENE: Espérance ; Jean-Baptiste TATI LOUTARD : Ndjibi-Libi ; Théophile OBENGA: Aromâtes comme Fleuve ; ÉPILOGUE (Table ronde avec M. L. TSIBINDA, Bilombo SAMBA, Marcel GOTÈNE et Abel KOUVOUAMA.

Pour en savoir plus

«La femme congolaise et l'art d'écrire», Amina 162 (1er mai 1985), pp.46-49.

A. Singou-Basseha. «Marie-Léontine Tsibinda: une voix qui promet», Amina 217 (nov 1988), pp.88-89. Interview.

Brezault, Alain et Gérard Clavreuil. «Marie-Léontine Tsibinda» in Conversations Congolaises. Paris: L'Harmattan, 1989. pp.13-18.

Ormerod, B. et J-M Volet. Romancières africaines d'expression française. Paris: L'Harmattan, 1994, p.141-142.

Appolinaire Singou-Bassena. «Rencontre avec Marie Léontine Tsibinda: Les femmes sont sans conteste les piliers du monde...», Amina 362 (juin 2000), p.30

«Exil, violence et mort ambiante ou la nécessité de quitter l'Afrique? Un entretien avec Marie-Léontine Tsibinda» Mots Pluriels 21 (mai 2002)

Posté par mayombe à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Interview de Marie léontine Tsibinda


    No 21. Mai 2002.
    http://www.arts.uwa.edu.au/MotsPluriels/MP2102mlt.html
    © Marie-Léontine Tsibinda et Jean-Marie Volet

    A L'ECOUTE DE MARIE-LEONTINE BILOMBO TSIBINDA

    Exil, violence et mort ambiante ou la nécessité de quitter l'Afrique?
    Un entretien avec Marie-Léontine Tsibinda,
    femme de Lettres congolaise
    et exilée.

    Cette interview a été réalisée en mars-avril 2002

    Marie-Léontine Tsibinda est née au Congo-Brazzaville, dans le Kouilou. Poète, auteur de nouvelles et femme de théâtre, elle occupe une place importante dans l'univers des lettres congolaises. Membre de la troupe de théâtre de Sony Labou Tansi, le Rocado Zulu Théâtre, pendant plusieurs années, elle fut aussi la bibliothécaire du Centre Culturel Américain. La guerre civile, qui a éclaté au Congo à la fin des années 1990, l'a contrainte à prendre le chemin de l'exil en 1999. Elle s'est d'abord réfugiée à Niamey puis à Cotonou, et enfin au Canada où elle est arrivée à la fin de 2001. Son mari et une partie de sa famille sont restés au Congo où la situation reste très précaire. Dans le domaine de la poésie où elle est reconnue comme une pionnière, Marie-Léontine Tsibinda a publié Poèmes de la terre. Brazzaville: Editions littéraires congolaises, 1980, Mayombe. Paris: Editions Saint-Germain-des-Prés, 1980, Une Lèvre naissant d'une autre. Heidelberg: Editions Bantoues, 1984, Demain, un autre jour. Paris: Silex, 1987, et L'Oiseau sans arme (illustré par Michel Hengo). Jouy-Le-Moutier (France) : Bajag-Meri, 1999. Elle a aussi publié un recueil de textes de divers intellectuels et artistes congolais intitulé Moi, Congo ou les rêveurs de la souveraineté Jouy-Le-Moutier (France) : Bajag-Meri, 2000.
    Email: ["marie leontine bilombo tsibinda" tsibinda@hotmail.com]


    En Europe ou en Australie, on a souvent peine à comprendre pourquoi tant d'Africains se lancent sur la route de l'exil? Qu'est-ce qui vous a poussé, vous Marie-Léontine Tsibinda, à quitter votre pays le Congo?

    Rester à Brazza était devenu un cauchemar pour moi dans la mesure où ma maison a été brûlée après l'offensive du 15 octobre 1997. Je pense que cette opération rentrait dans le cadre d'une mission bien précise: détruire les maisons de certaines personnalités du sud, détruire ce qu'ils représentaient. Pourquoi détruire la maison d'un mort comme celle de l'écrivain Sylvain Bemba, à Bacongo, alors que tout le monde sait que Sylvain Bemba était bel et bien décédé en juillet 1995 à Paris! J'ai eu peur. J'ai essayé de tenir bon. Mais si les incendiaires m'avaient trouvée chez moi, au Plateau-des-15-ans, dans ma maison, je serais morte sans aucun doute en ce jour fatal de novembre 1997. Partir était devenu inévitable. J'ai pris les enfants qui étaient avec moi à Brazza : ma famille, comme beaucoup d'autres, a éclaté.

    Un moment difficile...

    Oui. Après l'offensive, les garçons étaient les personnes les plus visées. Pour le pouvoir en place, ils représentaient un danger, les futurs cocoyes ou ninjas[1]. Plusieurs ont trouvé la mort dans des conditions terribles. L'épouvante se lisait dans les yeux de la population. A n'importe quelle heure du jour et de la nuit des miliciens à la solde du pouvoir pouvaient débarquer chez vous, sans crier gare pour vous dévaliser, vous assassiner ou, selon leur humeur, vous escroquer une somme d'argent à payer sur-le-champ pour sauver votre vie. Comment tenir? Quand la guerre de décembre 1998 a éclaté, que Brazzaville Sud a été mise à feu et à sang, et que le petit commerce que j'avais réussi à monter à Bacongo a été brûlé, une fois de plus, j'ai pris la clé des champs. Partir et chercher un autre endroit où recommencer à bâtir un autre lendemain. Oublier ce cauchemar, le coeur en bouillie. Oublier cette mère devenue folle parce qu'elle avait perdu ses deux seuls fils qui s'étaient réfugiés au Congo démocratique. Oublier ces autres jeunes hommes morts à Brazzaville après avoir quitté Kinshasa. Sans compter les produits chimiques déversés par les bombes et les malformations que ces produits vont provoquer chez les enfants à naître. La liste des atrocités n'en finit pas. Après la révolution rouge, le Congo a aussi connu son Chernobyl. Et personne n'en parle. Crime contre l'humanité. Silence. L'Occident se tait. C'est une question entre Africains, n'est-ce pas ? Des milliers de vies sont brisées, mutilées, anéanties, mais l'Afrique c'est loin de l'Afghanistan, loin de la Bosnie, loin du Kosovo. Et puis, l'Afrique sans les Africains, n'est-ce pas le rêve idéal?

    Partir n'a donc pas été un choix, mais une nécessité...

    ... et j'ai quitté le Congo le 18 février 1999 en passant par Pointe-Noire, la capitale économique du Congo pour me rendre au Niger. Une famille amie m'a accueillie, mais le Niger a été victime d'un coup d'Etat peu après mon arrivée à Niamey. Ce coup d'Etat du 9 avril 1999[2] m'a déroutée parce que la famille amie qui nous avait accueillis, mes enfants et moi, était très proche du président assassiné. J'ai donc décidé de quitter le Niger. Nous étions perdus. Nous voulions un asile de paix. A la fin de l'année scolaire, en juillet 1999, nous sommes descendus à Cotonou où nous sommes restés jusqu'au 13 novembre 2001, date à laquelle nous avons quitté le Bénin pour le Québec au Canada, par le biais du HCR. Je pense ainsi donner d'autres chances aux enfants pour demain. La vie est une lutte de chaque jour et j'apprends à me battre.

    Comment s'est passé votre séjour au Bénin.

    J'ai essayé de travailler avec quelques femmes, chefs d'entreprises. J'ai rejoint l'équipe de "La Contemporaine", magazine économique et politique de "La Béninoise". Je ne suis pas restée assez longtemps pour sortir plusieurs numéros. Mais, en tant que rédactrice en chef du magazine, nous avons sorti un numéro. J'ai participé à des rencontres avec l'Atelier Nomade, un espace culturel béninois. Ça a été une étape non négligeable dans ma vie. Je l'accepte. Un jour, je parlerai peut-être de tout cela dans un livre.

    Pourquoi avez-vous choisi de vous lancer dans un magazine économique et politique alors que vous avez une longue expérience de la littérature et des arts, et que c'est plutôt dans ces domaines qu'on se serait attendu à vous retrouver?

    "La Contemporaine" est un magazine qui existait déjà quand je suis arrivée à Cotonou en 1999. Je me suis intéressée à ce travail parce qu'il concernait les femmes et c'est ce genre de "truc" que j'ai souhaité faire, éditer une revue, un magazine, monter une maison d'édition, une librairie. Me noyer dans le monde du verbe et des mots avec toute mes folies.

    La directrice de la revue, bien ancrée dans le commerce, s'est toujours sentie attirée par la politique. Elle est hôtelière, membre actif d'un parti politique de l'opposition. Elle pense que la femme doit se battre à tous les niveaux et "La Contemporaine" est une plate-forme ouverte à la femme du Bénin et d'ailleurs.

    Je venais d'ailleurs et donc je pouvais aussi apporter ma pierre à la construction de cet édifice. Dans un premier temps, j'ai rencontré des femmes, des journalistes et des étudiants congolais avec qui j'ai discuté de la reprise du magazine. Leur collaboration m'étant acquise, nous avons mis sur pied un plan de travail. La partie technique, les rubriques, tout était mis en place. Nos collaborateurs du Bénin nous ont aidés bon an, mal an. Par la suite nous avons rencontré des femmes béninoises qui nous ont accordé des interviews. Je pense que côté textes, nous n'avions pas de gros problèmes. Des articles variés traitaient de la femme et les affaires, l'industrie culturelle, la coopération, l'exil...

    J'étais et je suis encore une journaliste free lance car je travaille encore avec "Amina" un magazine de la femme édité en France. J'avais découvert "Amina" en 1982 (!) et quand les femmes de Cotonou m'ont demandé de travailler avec elles, je ne me sentais pas en terre inconnue, seules les fonctions avaient changé puisque j'étais rédactrice en chef du magazine "La Contemporaine".

    Votre fuite du Congo vous a conduite pour un temps au journalisme. Est-ce que vous vous souvenez de ce qui vous avait conduit au théâtre et à devenir comédienne dans la Troupe du Rocado Théâtre de Brazzaville? Quels souvenirs avez-vous de cette époque?

    Le Rocado Zulu Théâtre a été une merveilleuse aventure: j'ai rencontré Sony Labou Tansi chez l'écrivain Sylvain Bemba (tous deux décédés, hélas!). Sony cherchait des comédiennes pour sa troupe car dans les années 70, une fille sur les planches ou faisant de la musique était considérée comme perdue, ces activités n'étant pas réservées aux filles bien. Les choses commencent à changer, heureusement!

    Faire du théâtre me plaisait et les comédiens du Rocado avaient tous appris le théâtre à l'école de la vie. Nous vivions ces moments avec passion. C'était à une période où le Congo, rouge et expert, n'avait qu'une direction à suivre, celle du guide éclairé, léniniste et marxiste! Et bien des fois, des censeurs sont venus assister à nos répétitions en biffant certains passages qu'ils estimaient trop osés. Ils s'attendaient toujours à des répétitions qui chanteraient les louanges du guide pas souvent éclairé!

    Nous avions le soutien de nombreux amis aussi bien africains, congolais, américains (j'étais bibliothécaire au Centre Culturel Américain et il me fallait toujours négocier quand nous partions en tournée pour de longues semaines), qu'européens. Une époque que je n'oublie pas, en tout cas.

    Je me souviens de la première pièce, "Sur la tombe de ma mère", une satire du gouvernement qui voulait que la construction du chemin de fer passe par le village du ministre de la construction. Le chemin de fer est construit en faisant fi des avis techniques des ingénieurs et il y a éboulement et mort d'hommes et le ministre devient fou... à l'époque, c'était osé et ça n'a d'ailleurs pas empêché les projets foireux des gouvernements de se succéder jusqu'à ce jour! Oui, cette pièce de Nicolas Bissi, un auteur non encore publié, a eu un grand succès. Par la suite, nous avons monté et joué des pièces collectives et celles de Sony lui-même, sans conteste un dramaturge émérite, avec l'assistance de metteurs en scène français comme Daniel Mesguish, Pierre Vial, Pierre Débauche, Guy Lenoir et bien d'autres. C'était ma folie! Une folie que j'ai interrompue en 1998, année où je me suis mariée, (encore une folie, sans doute plus belle).

    La troupe vit-elle encore, avec tous les chamboulements que le Congo a subi, je ne saurais le dire. Il faut dire aussi que la maladie et la mort de Sony avaient ralenti les activités de la troupe.

    Le théâtre était votre folie, mais on vous connaît surtout pour votre poésie? Comment en êtes-vous venue à ce genre et que représente la poésie pour vous aujourd'hui?

    Si le père du roman congolais s'appelle Jean Malonga avec son roman publié en 1953, "La légende de mpfoumou ma mazono", à présence africaine, le père de la poésie congolaise se nomme par contre Tchicaya Utamsi. En effet, en 1955 Utamsi ouvre le bal poétique avec son recueil "Le mauvais sang" ("Makila mbae" en langue congolaise) et une question fondamentale qui a dominé toute son oeuvre : 'Comment vivre ?'.

    Je pense que la poésie congolaise s'est bâtie autour de cette question, quelle soit écrite par un Tati Loutard, Maxime Ndebeka, Dominique Ngoie Ngalla, Makouta Mboukou, Eugene Ngoma, Diop Kegni, Philippe Makita, Bilombo Samba ou Matondo Kubu Ture (sans oublier la génération de nouveaux poètes qui vivent en Europe, en exil forcé ou voulu). Les poèmes de Sony, on le sait, n'ont été publiés pour la plupart qu'a titre posthume. "Comment vivre" en tant que Congolais, car avant de s'ouvrir "vers le monde, vers l'autre", c'est d'abord du Congo qu'il s'agit dans l'écriture congolaise.

    La femme que je suis n'est entrée dans le bal littéraire qu'en 1980, presque trente ans plus tard. Je suis arrivée dans ce monde où l'homme règnait en maître, et j'ai été saluée par "mes grands frères", avec bonheur, parce que ma poésie a été discutée, critiquée sans complaisance et acceptée. Du coup, je suis devenue membre de la fratrie congolaise et ça a ouvert la voie à d'autres femmes qui sont entrées à leur tour en scène: Amélia Nene, Cecile Diamoneka, Félicité Safouesse, Céline Bikoumou, Léa Kimbekete, Ghislaine Sathoud et je suis consciente d'en oublier d'autres, malheureusement. Envers et contre tout, la poésie congolaise - et la création littéraire congolaise en général - ont gagné leurs lettres de noblesse par de nombreux prix nationaux et internationaux et leur succès continue d'ailleurs jusqu'à ce jour

    La poésie m'a séduite un jour sur la route de l'école : j'adorais le rouge fou des flamboyants au mois de novembre, le bleu insolent d'un ciel d'avril, la nature en fête. Depuis, elle me permet de tenir devant les coups du destin.

    Comment voyez-vous votre futur et celui de vos enfants : au Canada? Au Congo? Ailleurs?

    Le futur est un mot bien grand. Ici, il représente la terre d'une nouvelle espérance, d'un nouveau chant de départ (un titre emprunté à un poète congolais dont le nom m'échappe) de nouveaux soleils neufs (encore un titre emprunté au poète Maxime Ndebeka cette fois-ci). J'ai rencontré des personnes, ici, qui veulent me confier la direction de leur journal. Comment résister à la tentation! J'ai dit oui!

    Merci Marie-Léontine Tsibinda

    Note de la rédaction

    [1] Cocoyes : milices loyales à l'ancien Président Patrice Lissouba.
    Ninjas : milices loyales à l'ancien Premier Ministre Bernard Kolélas.
    [Republic of Congo in 2000 Amnesty international report]

    [2] Le président Baré fut assassiné le 9 avril 1999.


    La page de Marie-Léontine Tsibinda sur Internet | Nouvelle "Les Pagnes mouillés" | Ecrire à Marie-Léontine Bilombo Tsibinda | Sommaire du numéro 21 de MOTS PLURIELS

Posté par mayombe à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mai 2007

Remerciements

REMERCIEMENTS

Le Comité consultatif de la communauté noire de Gatineau,

la Ville de Gatineau

Pour lire l'intégrale cliquer sur le lien suivant : titi

et les collaborateurs et les commanditaires suivants :

Assemblée des Afro-Canadiens

Association des auteurs et auteures de l’Outaouais

Café Le Troquet

Coopérative DIVART

Dépanneur Sylvestre

Université du Québec en Outaouais

Les Contes du mardi

Les Lundis de la poésie

Les Samedis littéraires

Maison de quartier Daniel-Johnson

Musée canadien des civilisations

SHAPEL

Tonnelle haïtienne

Vidéotron – Canal Vox

Posté par mayombe à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]